Etablir son inven­taire de fin d’année

Pub­lié le . Pub­lié dans Compt­abil­ité /​Buch­hal­tung

L’établissement de l’inventaire de fin d’année revêt toute son impor­tance pour la ges­tion de l’exploitation agri­cole (dossier de ges­tion). Il a un impact direct sur les résul­tats compt­a­bles et fiscaux.

L’inventaire doit avoir lieu à la date de clô­ture de l’exercice. Dans l’agriculture, il s’effectue générale­ment au 31 décem­bre de l’année en cours.

Il s’agit con­crète­ment de définir les quan­tités (marchan­dises pro­duites, achetées, têtes de bétail, etc.) de chaque posi­tion d’inventaire et de fixer leur valeur uni­taire. L’inventaire des avances de cul­tures (par exem­ple : les semences du semis d’automne des céréales récoltées l’année suiv­ante) délim­ite les charges à attribuer au bon exer­cice comptable.

L’inventaire doit refléter le plus pré­cisé­ment pos­si­ble la réal­ité des stocks. Une suré­val­u­a­tion de celui-​ci améliore arti­fi­cielle­ment le résul­tat compt­able de l’exploitation, don­nant l’illusion d’une meilleure sit­u­a­tion. A l’inverse, une sous-​évaluation du stock inven­torié entraîne une diminu­tion des act­ifs de l’exploitation, et par con­séquent une baisse de son résul­tat. La dif­férence entre la valeur sous-​évaluée du stock et sa valeur réelle con­stitue ce qu’on appelle une réserve latente.

Les marchan­dises achetées sont générale­ment inven­toriées au dernier prix de revient de celles-​ci (prix d’achat moins les éventuels rabais ou escomptes). La valeur inven­taire des marchan­dises pro­duites et celle du bétail sont quant à elles déter­minées par les valeurs indicatives.

Chaque année, ces valeurs indica­tives sont actu­al­isées et pub­liées dès la fin octo­bre. Vous pou­vez les con­sul­ter sous l’adresse inter­net de l’Association fidu­ci­aire agri­cole suisse : www​.fida​gri​.ch. Elles sont déter­mi­nantes pour votre inven­taire de fin d’année.

Jean-​Daniel Gilliand

Mots-​clés: Inven­taire, Dossier de gestion

Imprimer