barrerougelongue

logo la Vulg

… au ser­vice de vos
pro­jets
barrerouge

  • 20160310_112152.jpg
  • ensilage_de_maïs.jpg
  • CIMG0047.jpg
  • EXPO_Bulle.jpg
  • IMG_5567.jpg
  • IMG_6186.jpg
  • IMG_5396_k.jpg
  • DSC_0306.jpg
  • IMG_6684.jpg
  • FB_Höhi_Ueberstorf__02_05_2011_-_7_-__BH.jpg
  • _MOS8502.jpg
  • IMG_6194.jpg
  • _MOS8355.jpg
  • DSC_2814.jpg
  • marche_concours_C4_MCB_0833.jpg
  • 2015_05_18_Rechthalten_Hubert_Jenny_03.jpg

Diminu­tion des antibi­o­tiques dans l’engraissement

La Con­fédéra­tion a décidé d’établir un plan d’action pour réduire l’utilisation des antibi­o­tiques. L’agriculture a un grand rôle à jouer et doit se passer de cer­tains médicaments.

La réduc­tion des antibi­o­tiques est étroite­ment liée au ren­force­ment du sys­tème immu­ni­taire. Le stress est l’un des fac­teurs les plus nuis­i­bles pour l’immunité du veau. Les marchés, le « bras­sage » des ani­maux provenant d’exploitations dif­férentes, le trans­port et la déten­tion de veaux en lots de 40 bêtes ou plus sont autant de sources de stress et qui aug­mentent la pres­sion des microbes.

Lors de la déten­tion chez l’engraisseur, la taille des lots et la prove­nance des ani­maux d’engraissement peut forte­ment influ­encer la santé. Ceci a été démon­tré dans une étude de l’université de Berne et l’université de Ghent (Bel­gique). Les résul­tats prou­vent que les veaux provenant de petites exploita­tions et de leur pro­pre trou­peau sont en meilleure santé. L’utilisation d’antibiotiques est ainsi réduite. Les résul­tats d’une autre étude suisse mon­trent que cer­tains modes de déten­tion, pré­con­isant des lots de max­i­mum 30 veaux, ont des gains moyens quo­ti­di­ens (GMQ) sig­ni­fica­tive­ment plus élevés que les sys­tèmes avec des lots plus grands.

Pour réduire durable­ment les antibi­o­tiques, les exploita­tions devraient mieux se coor­don­ner. Il serait idéal de faire des petits lots et d’acheter les veaux chez les nais­seurs de la région. Il faudrait aussi éviter de vouloir rem­plir l’étable à tout prix en achetant des veaux au marché ou trop éloignés et songer aux vêlages saison­niers. Mais il faut con­stater que ceci n’est pas tou­jours réal­is­able dans la fil­ière du lait. Une idée serait de créer des RING ; plus con­nus dans la pro­duc­tion des porcs. Le principe est que quelques exploita­tions tra­vail­lent ensem­ble, de façon à restrein­dre les trans­ports et les mélanges d’animaux. Ceci dans le but de ren­forcer le sys­tème immu­ni­taire et de dimin­uer la pres­sion des maladies.

Angela Kiener, Ecole Supérieur d’Agrotechnique, 3ème année

Source des images : Angela Kiener

Mots-​clés: pro­duc­tion animale/​Tierproduktion

Imprimer E-​mail

Real Time Analytics