barrerougelongue

logo la Vulg

… au ser­vice de vos
pro­jets
barrerouge

  • IMG_6186.jpg
  • 20160310_112152.jpg
  • DSC_0306.jpg
  • ensilage_de_maïs.jpg
  • CIMG0047.jpg
  • IMG_5567.jpg
  • IMG_5396_k.jpg
  • EXPO_Bulle.jpg
  • FB_Höhi_Ueberstorf__02_05_2011_-_7_-__BH.jpg
  • _MOS8355.jpg
  • 2015_05_18_Rechthalten_Hubert_Jenny_03.jpg
  • IMG_6194.jpg
  • DSC_2814.jpg
  • marche_concours_C4_MCB_0833.jpg
  • _MOS8502.jpg
  • IMG_6684.jpg

Suc­cès pour les engrais­seurs de veaux

La pro­duc­tion de veaux est un com­plé­ment de revenu appré­cia­ble pour bon nom­bre d’exploitations en Suisse et dans le canton.

Le marché indigène de la viande de veau est cou­vert avec 96.6% de viande suisse, ce qui lui con­fère son car­ac­tère excep­tion­nel. 18 tonnes de viande de veau ont été exportées en 2017 (source: Proviande).

Une viande chère, de très haute qual­ité, sans pro­duit direct de sub­sti­tu­tion, une offre lim­itée, une pro­duc­tion qui met en valeur de nom­breux co-​produits issus des den­rées ali­men­taires : c’est un mod­èle du genre. Tout est là pour bien faire, et ça marche !

Les pro­grammes de qual­ité sur les exploita­tions, de type Col­orispo­top ou pro­gramme de santé d’Univo par exem­ple, par­lent d’eux-mêmes : les résul­tats sont vrai­ment posi­tifs. Les veaux sont en meilleure santé, néces­si­tent beau­coup moins d’antibiotiques et sont donc plus renta­bles. Et en plus, l’image s’en trouve grande­ment améliorée. Tout le monde en prof­ite : les éleveurs, les engrais­seurs, les com­mer­cial­isa­teurs, les trans­for­ma­teurs et les consommateurs.

veUX 3.PNGveaux capture.PNG

Rap­pel des principes de base : gérer la dis­tri­b­u­tion de colostrum de manière pro­fes­sion­nelle, jouir d’une attri­bu­tion régulière pour un engrais­seur défini et en direct, admin­istrer un vac­cin et le tour est joué. Bien sûr que les règles élé­men­taires que nous con­nais­sons tous doivent être appliquées. L’élevage et l’engraissement pro­fes­sion­nels de veaux, même à petite échelle, DOIT absol­u­ment respecter les principes suivants :

- litière par­faite­ment sèche ;
- pas d’accumulation d’urine en dessous ou dans la litière ;
- pas de courant d’air (vitesse de l’air ne dépas­sant pas 0,5 m/​s) ;
- respect strict des règles de net­toy­age jour­nalier ou bi-​journalier de la machine et des tétines ;
- achat direct des ani­maux, avec le moins de mélange pos­si­ble ;
- nour­ri­t­ure de qual­ité et fraîche ;
- aug­men­ta­tion pro­gres­sive de la den­sité de la ration (par exem­ple de 120 g de matière sèche par litre à plus de 300 g/​l) ;
- stock­age irréprochable des ali­ments liq­uides et solides ;
- suff­isam­ment de place (le min­i­mum légal de 1,5 m2 ne suf­fit pas) ;
- suivi et con­trôle des animaux.

Ces recom­man­da­tions ne sont pas seule­ment val­ables pour les engrais­seurs. Vous êtes déjà de nom­breux pro­duc­teurs laitiers à utiliser ces pro­to­coles pré­cis d’élevage pour vos petits veaux femelles des­tinés à la remonte. Vous êtes sur le chemin du suc­cès. Comme nous le savons tous, c’est en respec­tant tous ces critères que vous serez un éleveur et un engrais­seur pro­fes­sion­nel qui met toutes les chances de son côté pour améliorer la rentabil­ité de son exploitation

Le marché du veau est por­teur. Les veaux de qual­ité sont recher­chés. La viande de veau est demandée. Participez-​vous aussi à cette réussite.

veaux.PNG

Olivier Pit­tet

Source de l’image : Grangeneuve

Mots-​clés: engraisse­ment, veaux

Imprimer E-​mail